• PICTO_YT
  • PICTO_INSTA
  • PICTO_FB

Jour 2 Capanaccia/Nesta toujours leaders !


Ce matin, dès les premières lueurs du jour, les concurrents de la catégorie VHC (Véhicules Historiques de Compétition) ont quitté le parc fermé de Porto-Vecchio en direction du Nord de l’Ile pour rejoindre Borgo, deuxième ville étape de la 22ème édition du Tour de Corse Historique.

Au programme, quatre-vingt-quinze kilomètres d’épreuves spéciales répartis en quatre tronçons à l’issue desquels Olivier Capanaccia, associé à Audrey Nesta à bord d’une BMW M3, est parvenu à conserver l’avantage en tête du classement général en signant le temps scratch des deux premières portions chronométrées de la journée. «Comparées aux spéciales d’hier, celles d’aujourd’hui étaient beaucoup plus longues, très techniques et bosselées. Nous étions sur un bon rythme, mais sommes partis en tête à queue sur un freinage dans la première spéciale de l’après-midi». expliquait à l’arrivée le pilote de Porto-Vecchio. «Cet incident nous a fait perdre du temps, mais nous conservons 22 secondes d’avance sur notre premier poursuivant et rentrons à Borgo après avoir pris beaucoup de plaisir à piloter aujourd’hui ».

Révélation de ce début de rallye, Florent Jean copiloté par Maxime Villmot a signé les meilleurs chronos de l’après-midi et pointe au soir de la deuxième journée de compétition au 2ème rang de la hiérarchie au classement général et en tête de la catégorie VHC. Une performance d’autant plus remarquable que le Tour de Corse Historique n’est que le deuxième rallye auquel participe ce pilote, davantage habitué à l’exercice du pilotage sur piste. « Ma première expérience dans cette discipline remonte à 2015 au Rallye d’Ardèche. Je rêvais de participer au Tour de Corse Historique » explique le pilote de la Porsche 911 SC n°51. « Aussi m’y suis-je préparé au mieux en compagnie de Maxime Villmot, bien plus expérimenté que moi dans ce domaine. Nous avons peaufiné nos notes lors de nos reconnaissances. Il s’agit également de ma première expérience au volant de cette Porsche dont nous améliorons les réglages au fil des kilomètres. Ce qui nous permet de maintenir la pression sur l’équipage en tête du rallye. La compétition va être longue. Aussi roulons-nous sans prendre trop de risques. J’ai également découvert une très belle ambiance entre pilotes. J’adore ! ».

Au cumul des deux premières journées, Florent Jean/Maxime Villmot ont comblé leur retard sur l’équipage leader qui se chiffre désormais à 22 secondes et compte une avance de 44 secondes sur la BMW M3 de Thomas Argenti/Mathieu Tyran et 53 secondes sur la Ford Escort MK2 de Anthony Agostini/Jérôme Royer, vainqueurs de l’édition 2021.


Brillant 2ème au soir du premier jour du rallye, et conservant sa position à l’issue de la troisième spéciale de la deuxième journée, le jeune équipage composé de Tom Pieri (23 ans) et Fabien Cortes a perdu tout espoir de podium lorsque le moteur de sa BMW M3 a commencé à surchauffer. Pour le vainqueur du Clio Trophy France Junior 2022 qui s’est vu offrir par l’un de ses sponsors sa participation à son premier rallye VHC au volant de la voiture de ses rêves, l’aventure va toutefois se poursuivre grâce à la mise en place d’un moteur neuf dans la berline allemande. Mais désormais très loin des leaders. En VHRS (Véhicules Historiques de Régularité Sportive), les concurrents n’ont participé qu’à trois spéciales en raison de l’annulation de l’ES 5 suite à la sortie de route d’un concurrent. Le sommet de la hiérarchie est toujours occupé par Pascal Perroud/Guillaume Allais (Porsche 911 Carrera T) qui devancent Pierre Melin/Nathalie Melin Guilland (Porsche 911), Alain Arnal/Denis Goudou (Morris Cooper S) et Jean-Luc George associé à Denis Giraudet, ancien équipier de Didier Auriol avec lequel il a remporté quatre rallyes du championnat WRC.


PROGRAMME DU JOUR


Après avoir été chaleureusement accueilli à Borgo par Madame La Maire Anne-Marie Natali, dont la municipalité s'est très largement mobilisée pour recevoir le Tour de Corse Historique, le rallye prend la direction de Calvi, jeudi, et dépassera le cap de la mi-parcours avec quatre épreuves spéciales à parcourir. L’ES8 Ponte de Rimitoriu – Barchetta (28,455 km) lancera la journée. Puis, les concurrents enchaineront avec l’ES9 Monte Novu - Canavagia (13,541 km) et l’ES 10 Castifao/Olmi Capella (21,177 km), avant d’en terminer avec l’ES 11 dans l’après-midi : Notre-Dame-de-la-Serra/Fangu (28,314 km).