Le rendez-vous incontournable


Le mot du Président, José Andreani
L’envie de partager

La richesse du Tour de Corse Historique, c’est l’alchimie entre des spéciales mythiques, dans des paysages de rêve où les autos peuvent s’exprimer, le plaisir des équipages à taquiner le chrono dans la trace des plus grands champions et la rencontre avec une population profondément attachée au rallye, depuis 1956. Notre ambition est de perpétuer ce lien authentique qui fait que les concurrents viennent au Tour de Corse Historique, une fois, deux fois, dix fois… avec le même enthousiasme et un plaisir intact.

Le rendez-vous incontournable


Si certains concurrents découvrent chaque année le Tour de Corse Historique, d’autres en sont devenus accros ! Parmi eux, Christophe Mazars et Jean-Yves Cagnac sont d’une fidèlité exemplaire, avec 15 participations au compteur.

Du 3 au 8 octobre, l’Ile de Beauté vibrera au rythme du Tour de Corse Historique. Au programme : 818 kilomètres de course dont 316 kilomètres de spéciales découpés en 17 épreuves où il faudra faire parler le chrono. Alors que la clôture des inscriptions est fixée au 31 août, plus de 190 équipages sont déjà engagés, en VHC pour les autos de 1956 à 1985 et en VHRS de 1956 à 1990. Après des vérifications techniques et administratives à Porto-Vecchio le 3 octobre (au moment où se termine le WRC, l’opportunité de belles rencontres), le rallye démarrera, le mardi 5 octobre par une courte spéciale de nuit de 10, 5 km autour de Porto-Vecchio. Les concurrents rallieront ensuite Porticcio, Vico, Porto avant de remonter vers L’Ile Rousse. La dernière étape, la plus longue (236 km), le samedi 8 octobre, descendra sur Porto-Vecchio via Ghisonaccia. Le Tour de Corse Historique se terminera en apothéose par une soirée célébrant les vainqueurs et tous les participants. La fête promet d’être magnifique !  Plus de 350 bénévoles œuvrent autour de José Andreani pour faire de cette 16e édition du Tour de Corse Historique une réussite et un millésime mémorable.

Christophe Mazars : « Toutes les spéciales sont phénoménales ! »

Le rendez-vous incontournable
Christophe, qu’est-ce qui vous attire sur le Tour de Corse Historique ?

La philosophie de l’épreuve ! La course en elle-même, mais aussi les rencontres, la beauté de la Corse… Plutôt que de rouler en compétition et de batailler, je suis inscrit en VHRS (régularité) avec mon épouse, à notre rythme, sans pression, ce qui permet à Isabelle de prendre le volant de la Stratos en liaison. C’est un vrai moment de complicité. Et depuis toutes ces années, nous avons créé des liens d’amitié sincères avec les Corses, autant que nos habitudes dans les hôtels, et le plaisir des retrouvailles est toujours un grand moment. Et début octobre, les journées sont belles et l’on peut encore se baigner, c’est très agréable.

Le rendez-vous incontournable
Vous avez participé avec une Renault 5 Turbo et aujourd’hui, une Lancia Stratos. La course est-elle la même ?

Ce n’est pas le même esprit. Une spéciale au volant de la Stratos, c’est plus simple car le moteur V6 est linéaire, donc on roule plus serein, même si la boîte est inversée. La Renault 5 est plus violente, du fait du turbo, dès 3000 tr/mn, elle est plus délicate à maîtriser, il faut être attentif, surtout sur le mouillé.

Quelles sont vos ambitions sur ce 16e Tour de Corse Historique ?

Arriver ! C’est déjà fantastique et c’est notre première récompense, surtout lorsque les 5 ou 6 autos du team franchissent toutes la ligne. C’est un plaisir que l’on offre aussi à l’assistance, pour les remercier de leur investissement. Gagner ne vient qu’après, ce n’est pas l’essentiel, car c’est bien de plaisir dont on parle, celui de découvrir des routes, ou d’emprunter des spéciales qui sont toutes phénoménales !

Jean-Yves Cagnac : « Chaque année, une découverte ! »

Le rendez-vous incontournable
Jean-Yves, qu’est-ce qui vous séduit, depuis 15 ans, sur le Tour de Corse Historique ?

Même si on réutilise certaines spéciales, c’est à chaque fois une découverte ! Je suis stupéfait par la beauté des routes et de la Corse en général. Il n’y a aucune lassitude. Chaque année, le Tour, c’est un vrai bain de jouvence, une grande bouffée d’oxygène. Et puis, il y a l’accueil de la population qui vibre au rythme de la course. En Corse, le sport auto, c’est quelque chose !
 
Côté course, qu’espérez-vous de cette édition ?

Je n’ai aucune autre ambition que celle de me faire plaisir car je n’ai pas de passé sportif. Je roule à ma main, avec des prétentions modestes, l’envie d’aller au bout avec mon fidèle copilote, Robert Bernard, et la possibilité d’exploiter au mieux mon Alpine A 310 sur les spéciales où elle fait merveille.

Le rendez-vous incontournable
Justement, pourquoi le choix d’une Alpine A310 V6 ?

J’ai débuté le Tour de Corse Historique avec une Alpine-Renault A110. Pour moi, l’A310, c’est une Berlinette non aboutie. Elle n’a pas eu la chance de profiter d’un long développement, d’autant que la R5 Turbo lui a fauché l’herbe sous les pieds. Pourtant, l’A310 mériterait d’être plus dans la lumière. C’est une auto fabuleuse que j’ai pu améliorer au fil des années et qui étonne agréablement de bons pilotes à qui je la prête. Je suis ravi de la faire découvrir et comme il y en a peu, cela me procure aussi le plaisir de la rareté !

Pour toutes informations concernant le Tour de Corse Historique : www.tourdecorse-historique.fr et Marie-Ange Dini 06 12 05 29 04

Samedi 23 Juillet 2016