La première étape a déjoué tous les pronostics


Le mythique Cap Corse Historique confirme son retour, où les pilotes s’affronteront en VHC et en VHRS dans la partie la plus sauvage de la Corse : le Cap Corse.

La légende Jean-Pierre Manzagol copiloté par François Padrona, 16 fois vainqueur de la Ronde de la Giraglia, faisait à tous l’honneur d’être ouvreur du Cap Corse.

Une bonne mise au point pour le prologue

On retrouve en course certains des protagonistes du Tour de Corse Historique, notamment Pierre Lafay au volant d’une Mazda RX-7 et Christian Kelders au volant d’une Porsche 911. Face à eux, tous les concurrents étaient prêts pour un prologue nocturne servant à établir l’ordre de départ du lendemain, et tous le mettraient à profit pour parfaire les automatismes. 

Le couteau entre les dents

Mais les pilotes sont unanimes : le résultat du prologue de la veille ne laisse présumer de rien. D’autant que, comme le dit Daniel Rognoni : « Il peut y avoir des gravillons sur la route, partir le premier n’est pas forcément un avantage. » Pour la première étape, il a aussi fallu composer avec des pneus capricieux et difficiles à monter en température en raison du froid matinal.

Rapidement, les abandons des favoris Rognoni, Lafay et Kelders sur défaillances mécaniques ont créé la surprise. La Porsche 911 de Santini/Guidi s’arroge la tête du classement grâce à quatre victoires en spéciales chèrement acquises, avec notamment une touchette en épingle. Derrière lui, la Ford Escort RS Mk2 de Marcelli/Aubeuf tient la 2ème place. La Ford Escort RS Mk1 de Marchetti/Siaudrau reste en embuscade, mais des fuites d’huile de boîte rendaient le duo très nerveux.

Certains garderont un souvenir marquant du spectacle assuré par Christian Paoli sur sa R5 Alpine dans la troisième spéciale.

Un trio très régulier

En VHRS, Albertini/Albertini sur Lancia Fulvia, Pedone/Giraudet sur une Fulvia Sport Zagato et Mourenon/Mourenon sur Renault 5 Alpine ne cessent de se partager les victoires en spéciales et les places d’honneur. Finalement, l’affrontement a tourné en faveur du duo Albertini/Albertini, leader du classement VHRS avec 4 victoires en spéciales.

On déplore six abandons à l’issue de cette première journée, preuve que le Cap Corse est un grand rallye tant pour les pilotes que pour les mécaniques.

Samedi 10 Mars 2018