Une dernière étape spectaculaire !


Au petit matin de la dernière journée de course, on pouvait penser que les pilotes seraient tentés de relâcher la pression, au risque de partir à la faute. Pourtant, on retrouvait sur le paddock des pilotes gonflés à bloc, pour un final à couper le souffle, qui a vu Jean-François Mourgues s’imposer en VHC.

VHC/Classic

Mourgues semblait intouchable. Derrière lui, rien n’était fait. « L’objectif, c’est Lafay », annonçait Lajournade, déterminé à monter sur le podium. De fait, l’équipage Lafay/Mathon, en 2ème position sur Mazda RX-7, risquait de passer une bien mauvaise journée, poursuivi par les Porsche enragées de Kelders et de Lajournade.

Cette dernière épreuve tint toutes ses promesses. Survolté, Jean-Pierre Lajournade s’arrogea les deux premières spéciales de la journée avec autorité. Il était alors provisoirement troisième de la course, devançant Kelders. Pierre Lafay a confessé avoir souffert sous la pression, mais a su se ressaisir dès la troisième spéciale qu’il remporta, alors que Lajournade partait à la faute. Enfin, Christian Kelders a préservé sa place sur le podium en remportant la dernière spéciale, tandis que Mourgues pouvait se permettre de gérer tranquillement. Quelle étape ! Ce Tour de Corse fut incertain jusqu’au bout, mais c’est finalement Jean-François Mourgues qui s’impose au classement général grâce à un splendide début de course qui lui aura permis de s’octroyer une confortable avance.

Les vainqueurs de spéciales

ES15 : Lajournade/Rick-Place – Porsche 911 Carrera RSR
ES16 : Lajournade/Rick-Place – Porsche 911 Carrera RSR
ES17 : Lafay/Mathon – Mazda RX-7
ES18 : Kelders/Chiappe – Porsche 911 Carrera RS

Le classement définitif en VHC

1. Mourgues/Giraudet - Porsche 911 Carrera - 3h50’11“
2. Lafay/Mathon - Mazda RX-7 - 3h53’17“ à 3’06“
3. Kelders/Chiappe - Porsche 911 Carrera RS - 3h53’32“ à 3’21“
4. Lajournade/Rick-Place - Porsche 911 Carrera RSR - 3h53’54“ à 3’43“
5. Marchetti/Buresi - Ford Escort Mk1 - 3h57’28“ à 7’17“

Catégorie J2

La course en catégorie J2 s’annonçait plus rude que jamais. Victime de problèmes mécaniques la veille, Valliccioni était bien décidé à reprendre son rythme infernal afin de l’emporter. Dans le même temps, Stéphane Poudrel, remonté à seulement 11 secondes du leader, avait la ferme intention de tout donner, jusqu’au bout.

Malheureusement, le combat épique n’eut pas lieu. Victime d’une défaillance mécanique, Stéphane Poudrel ne put prendre le départ de l’épreuve. Le mot de la fin revient à Marc Valliccioni, dont le fair-play exemplaire doit être salué : « Nous avons tout eu pendant le rallye, c’est la dure loi de ce sport. Ce matin, moi et Stéphane Poudrel étions prêts à partir à la guerre, le couteau entre les dents. J’ai beaucoup de peine car il méritait vraiment d’être à l’arrivée. Rendez-vous compte : alors que j’étais sur la ligne de départ, il a couru pour me prévenir qu’il ne prenait pas le départ et qu’il abandonnait, avant la première spéciale de ce matin. Il ne souhaitait pas que je prenne de risque inutile. J’avais les larmes aux yeux d’apprendre qu’il renonçait si près du but. Cela m’a totalement déconcentré, j’ai été incapable de conduire correctement dans la spéciale. Je suis vraiment déçu pour lui, il méritait d’être avec nous. »

En définitive, Marc Valiccioni remporte cette catégorie J2 âprement disputée et signe la meilleure performance du rallye.

Les vainqueurs de spéciales

ES15 : Valliccioni/Cardi – BMW M3
ES16 : Valliccioni/Cardi – BMW M3
ES17 : Valliccioni/Cardi – BMW M3
ES18 : Cazaux/Vilmot – BMW M3

Le classement définitif en J2

1. Valliccioni/Cardi - BMW M3 -3h47’18“
2. Agostini/Royer - BMW 325i - 4h38’43“ à 51’25“
3. Maury/Faure - Peugeot 205 Rallye - 4h44’20“ à 57’02“

VHRS

En lice pour un quatrième sacre, Christophe Baillet refusait de crier victoire trop vite, d’autant que même en VHRS, les mécaniques commencent à souffrir. La boîte de sa 911, notamment, montrait quelques signes de fatigue. La lutte avec Vlieghe, Petit Prost et Lareppe pouvait donc réserver quelques surprises.

Finalement, Le couple Baillet, Anne et Christophe, a une nouvelle fois démontré sa parfaite osmose, qui est selon eux la clé de leur réussite. Un pilotage fin, et un copilote précis veillant à ce que le pilote reste concentré en permanence, tels sont les secrets de leur nouvelle victoire. C’est derrière eux que la course réserva quelques surprises. Alors que Patrick Petit Prost semblait solidement installé en 2ème place, il aura vécu une journée difficile et réalisé plusieurs contre-performances, laissant ainsi le champ libre à Vlieghe/Deplancke sur leur Porsche 911, et à Lareppe/David sur une Opel Ascona, qui grappillent tous deux une place et s’installent sur le podium définitif de ce 17ème Tour de Corse Historique.

Les vainqueurs de spéciales

ES15 : Baillet/Baillet – Porsche 911 Carrera RS 3.0
ES16 : Lareppe/David – Opel Ascona I 2000
ES17 : Baillet/Baillet – Porsche 911 Carrera RS 3.0
ES18 : Ex Aequo : Baillet/Baillet – Porsche 911 Carrera RS 3.0 --- Lareppe/David – Opel Ascona I 2000 --- Fossa/Fine – Porsche 911 SC --- Figuiere/Godin – Porsche 911 Carrera 3.0

Le classement définitif en VHRS

1. Baillet/Bailet - Porsche 911 Carrera RS 3.0 - 69 points
2. Vlieghe/Deplancke - Porsche 911 Carrera - 100 points
3. Lareppe/David - Opel Ascona I 2000 - 106 points
4. Petit Prost/Boine - Ford Escort RS 2000 - 110 points
5. Dudel/Perquin - Porsche 911 SC - 131 points

Samedi 7 Octobre 2017

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 10 Octobre 2017 - 16:23 Les résultats complets du Tour 2017

Vendredi 6 Octobre 2017 - 21:31 4ème étape : la course est relancée !